J.R.R. Tolkien


John Ronald Reuel Tolkien (3 janvier 1892 – 2 septembre 1972)

Notre cher Tolkien est né à Bloemfontein, état libre d’Orange en Afrique du Sud. Né d’un père Allemand et d’une mère anglaise, il ne vécut que quelques années en Afrique avant de revenir en Angleterre. Son père malheureusement décéda en les suivant un peu plus tard d’un rhumatisme.

Son frère cadet et lui-même ont été éduqués par leur mère en botanique, Latin, Allemand et Français (une langue qu’il n’apprécie apparemment pas). Dans la campagne de Sarehole, Ronald s’aventure et voit son amour pour cette nature grandir. Certains paysages l’inspireront plus tard dans ses romans.

Quelques années plus tard, Ronald entre à la King Edward’s School. Sa mère se convertit au catholicisme et déménage à Birmingham.  Par conséquent il changera d’école pour suivre les cours à l’établissement rattaché à l’oratoire. Mais il y reste peu de temps, puisqu’il reçoit une bourse pour retourner à la King Edward’s School.

En 1904, la vie des deux jeunes Tolkien va brusquement changement, Mabel (leur mère) décédant de complications liées au diabète qui ne connaissait pas encore de traitement à l’époque. Il auraient dû être recueillis par le Père Morgan, mais il n’a pas la place pour les héberger. Bien que ce dernier soit leur tuteur légal, ils iront vivre chez une tante. Ronald continue ses études à la KES. Il obtient en 1910 une bourse pour étudier à Oxford. C’est en 1911 qu’il y entame ses études classiques. Il a demandé durant ses études à changer de cursus, n’excellant à l’époque que dans son sujet libre.  Il choisira de suivre la littérature anglaise avec une spécialisation en philologie scandinave.

le jour de sa majorité, en 1913, Ronald envoie sa demande en mariage à Edith Bratt, une fille de 3 ans son aînée qu’il avait rencontrée lors de son emménagement avec son frère dans un appartement quelques années plus tôt. Ils célèbrent leurs fiançailles en 1914 à Warwick. Dans la même période débute la première guerre mondiale. Ronald s’arrange pour suivre son entrainement dans les Officers’ Training Corps, afin d’obtenir son diplôme avant son départ pour le front. En 1915, il réussit brillamment et obtient les First-class honours (nos grandes distinctions en somme). Il devient sous lieutenant dans les fusillers du Lancashire et finit par se rendre au front en juin 1916 (après avoir épousé Edith).

Il a été officier de transmission durant la bataille de la Somme et a participé à de nombreuses autres. Malheureusement victime de la fièvre des tranchées,  il sera renvoyé en Angleterre. Jugé inapte au combat, il est délégué aux arrières postes. La guerre l’a fortement marqué, il a commencé la rédaction de certains de ses textes à cette époque.

La guerre finie, Ronald travaille à l’origine et l’étymologie des mots germaniques commençant par W. Il arrondit également ses fins de mois en étant tuteur pour des jeunes filles d’écoles prestigieuses.  Il deviendra ensuite professeur assistant puis professeur tandis que naîtront son deuxième et son troisième fils, à Leeds. Il continue également de développer son univers de fiction. Il retournera finalement à Oxford où il enseignera l’anglais et verra naître le dernier enfant de la famille, leur seule et unique fille. C’est à cette époque qu’il entreprend « Hobbit » et les deux premiers tomes du Seigneurs des Anneaux. Mais il écrit également (ou plutôt surtout) pour ses enfants, notamment des lettres qui viendraient du père Noël.

Tokien rencontrera C.S. Lewis et se liera d’amitié. Ils fréquenteront des clubs littéraire, et c’est sur insistance de ce dernier  et l’enthousiasme d’une étudiante qui l’a mis en contact avec une maison d’édition que Le Hobbit paraitra finalement en septembre 1937. On le pressera d’écrire la suite, mais il lui faudra plus de 10 ans pour y parvenir.

On lui demandera de l’aide pour déchiffrer des codes nazis, mais il a officiellement refusé (bien que tout laisse à penser qu’il a grandement contribué à ce travail discrètement). En 1945, il devient professeur de langue et littérature anglaise à Merton, et ce jusque sa retraite. C’est finalement en 1948 qu’il finira le Seigneur des Anneaux, qui sera publié entre 1954 et 1955. L’oeuvre rencontre un grand succès et donne lieu à une adaptation radiophonique. Pourtant J.R.R. Tokien reste modeste et généreux.

Après sa retraite, lui et sa femme déménageront pour Bornemouth afin d’être tranquille, et de continuer la rédaction du Silmarillon. Monsieur Tolkien regrettait quelque peu la notoriété qu’il acquérait, surtout auprès des hippies qui semblaient lui vouer littéralement un culte. Lorsque son épouse décède, Ronald retourne vivre à Oxford. Il est fait Commandeur de l’Ordre de l’Empire Britannique en 1972 par la Reine Elisabeth II. Le célèbre auteur décédera finalement en septembre 1973, laissant ses œuvres inachevées. Toutefois, son fils était son exécuteur littéraire, il s’arrangera pour recueillir, recouper et finir les œuvres de son père à titre posthume. De nouvelles oeuvre de Tolkien paraissent encore, certes inachevées, mais révélant le talent d’un auteur qui n’a pas eu le temps qu’il lui aurait fallu.

Aujourd’hui encore, Tolkien est célèbre pour ses textes. Il a bousculé l’Heroic Fantasy et est devenu une référence. Et s’il fait encore parler de lui, c’est que ses oeuvres les plus célèbres ont été adaptées au cinéma grâce au génie de Peter Jackson!

Ses œuvres:

 

  • 1936 :Beowulf : Les Monstres et les Critiques, essai
  • 1937 : Le Hobbit, roman
  • 1945 : Feuille, de Niggle, nouvelle
  • 1947 : Du conte de fées, essai
  • 1949 : Le Fermier Gilles de Ham, conte
  • 1954-1955 : Le Seigneur des anneaux, roman
    • 1954 : La Communauté de l’anneau
    • 1954 : Les Deux Tours
    • 1955 : Le Retour du roi
  • 1962 : Les Aventures de Tom Bombadil, recueil de poèmes
  • 1967 : Smith de Grand Wootton, conte

À titre posthume, ouvrages édités par Christopher Tolkien et d’autres :

  • 1975 : Sir Gawain and the Green Knight, Pearl and Sir Orfeo, traduction de poèmes médiévaux
  • 1977 : Le Silmarillion, roman
  • 1980 : Contes et légendes inachevés, recueil de textes sur la Terre du Milieu
  • 1982 : Monsieur Merveille, conte
  • 1983 : Les Monstres et les Critiques et autres essais, recueil d’articles et de conférences
  • 1983-1996 : Histoire de la Terre du Milieu (12 volumes), recueil de textes sur la Terre du Milieu
  • 1998 :Roverandom, conte (édité par Wayne G. Hammond et Christina Scull)
  • 2007 : Les Enfants de Húrin, roman
  • 2007 : The History of the Hobbit
  • 2009 : La Légende de Sigurd et Gudrún, poèmes
  • 2013 : La Chute d’Arthur, poème

En complément de l’Histoire de la Terre du Milieu et sous l’égide de Christopher Tolkien et du Tolkien Estate, les fanzines américains Vinyar Tengwar et Parma Eldalamberon et la revue universitaire Tolkien Studiespublient régulièrement des textes inédits de J. R. R. Tolkien.

Découvrez prochainement plus d’informations sur l’univers de la Terre du Milieu.

 

CLH1.WK.Of.1207.Tolkien1.Q.0

Tsuki

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s