Assassin’s Creed: Rogue, vous voulez voir du bug ?


Chers lecteurs, bonne nouvelle ! A quelques semaines de sa sortie, nous avons eu l’occasion de tester les nouveaux Assassin’s Creed. Et on peut dire que le jeu vous promet de belles surprises… et bien moins belles. Le test s’est déroulé pendant le FACTS à Gand, et voici quelques informations croustillantes.

Les graphismes…bah on ne fait pas de miracles : le jeu sortira sur la last gen. Du coup, ne vous attendez pas à une claque visuelle. (A confirmer avec la version PC, vu que notre test s’est fait sur Xbox 360) Niveau mécaniques de jeu, nous sommes dans ce que la saga a à nous offrir. Bien qu’on ait une illusion de liberté de déplacement, il vous faudra néanmoins trouver les bons endroits pour passer sans trop d’indications visibles. Pour sauter d’une plateforme en haut d’un mat, hé bien, il faudra trouver comment faire. Mais ne vous en faites pas, la plateforme en question est tellement sécurisée qu’en vous dirigeant sciemment vers le vide, vous ne tomberez pas, à moins d’avoir fait la bonne combinaison au bon endroit.

En tombant malencontreusement (héhé) dans l’eau, grosse déception : elle était fraiche. Des PV se perdent mais vu l’obésité de la barre de vie, vous pouvez aisément rejoindre votre objectif à 1.5km à la nage ! Quoique si vous avez de la chance (ou pas), vous pourrez faire une partie du trajet à pied. Nanan, il n’y a pas de terre, et c’est assez profond pour que votre bateau flotte. Juste que…bah, comment dire ?

10721372_10204792979768046_1870039577_n

 

Excusez-moi, c’est par où la map s’il vous plait ? Faites attention, lorsque vous jouerez avec une map imprimée, n’oubliez pas d’acheter la pré-map pour savoir comment aller vers la zone de jeu… Une idée de DLC payant ?

Quoiqu’il en soit, il est étrange de tomber sur de tels bugs en présentation, et surtout après juste quelques minutes de jeu. Bon, ils ont jusqu’au 13 novembre pour corriger ça. Mais pensez-vous que ça se fera ? En espérant que l’expérience de jeu finale sera à la hauteur. D’ici là, apprenez à nager quand même 😉

 

Josty

Neverwinter


NeverwinterTiré tout droit de l’univers bien connu de Donjon & Dragon, le futur MMORPG de PerfectWorld s’annonce plein d’originalité et d’action !

Alors qu’un nouveau  weekend de béta-test fermé s’annonce du 12 au 15 avril, je reviens sur ma découverte du jeu il y a un mois de cela, lors du troisième weekend de béta-test.

 

       Etant totalement néophyte de l’univers de Donjon & dragon, j’ai choisi de commencer le jeu avec une prêtresse dévouée elfique.  Dotée de plusieurs sorts de soin, ainsi que d’une attaque de base à distance (vous lancez des éclairs), je souhaitais apporter ma puissance de soutient lors des matchs PvP et des instances.

     Le jeu se lance et après une belle cinématique, vous vous réveillez quelque peu groggy sur la plage, à moitié nue (o_O) et complètement désarmée. On récupère vite fait deux trois bricoles sur la plage dans les débris de votre ancien bateau, quelques dialogues avec divers PnJ, et vous voilà à l’entrée de la ville de Neverwinter, encerclée par les forces maléfiques (et quelques peu inutiles) de Valindra.

Une fois que vous aurez botté les fesses de son champion (une espèce de troll aussi grand que stupide), Valindra s’enfuit et dorénavant vous serez considéré comme le héros de Neverwinter.

     Voilà la partie « didacticiel » finie, dorénavant vous pourrez circuler librement dans la somptueuse ville de Neverwinter, où les PnJ vous guideront dans vos quêtes au fil du temps et de vos niveaux.

Gameplay

Les graphismes du jeu sont assez sobres, ce qui permet d’avoir une bonne fluidité même avec les réglages au maximum. L’univers médiéval-fantastique est vraiment bien respecté, les couleurs sont assez sombres par endroit, ce qui vous rappelle que vous vivez dans une période assez trouble et que la mort vous attend au coin de la rue. Les effets des sorts sont vraiment bien fichus et vous donnent un sentiment de puissance très agréable lorsque vous les utilisez sur la tronche de vos adversaires.

     Niveau gameplay, le jeu utilise le système des FPS : le mouvement de la souris pour viser et le clavier (ZQSD en classique) pour diriger votre personnage, toujours en fonction de votre viseur. Ce système est très agréable, car il rend les combats PvP et PvE bien plus dynamiques. Toutefois, vos sorts ne sont activables que sur un adversaire et automatiquement verrouiller. Les sorts et les attaques automatiques (clique droit et gauche de la souris) ne peuvent être esquivés à moins d’utiliser la compétence d’esquive propre à chaque classe (Roulade, téléportation…). Bien sûr, une jauge d’énergie limite ces esquives à 2 maximums dans un bref délai. Il faudra ensuite s’éloigner des combats le temps que votre jauge remonte. Vous disposez également d’une capacité qui, une fois active, vous rend plus puissant (Amélioration des trois prochains sorts pour la Prêtresse dévouée ou Invisibilité pour le Voleur).

       Un point négatif du jeu, la disparition des barres de sorts avec 50 capacités disponibles, comme dans la plupart des MMO. Ici vous disposerez pour chaque classe de deux attaques de base, sans délai de récupération ou presque (clique souris), de trois sorts répartis par défauts sur les touches A, E et R, ainsi que deux sorts « journaliers ». Ces sorts journaliers sont un puissant bonus pour vous et vos coéquipiers ou une attaque dévastatrice pour vos adversaires. Ils sont activables lorsque la jauge de puissance est à 100%, grâce aux coups que vous portez. Ils sont à utiliser avec sagesse car lors des combats PvP, ils peuvent faire la différence.

       Le jeu en lui-même est assez simple, même avec un perso peu puissant. Vous gagnez de l’argent et de l’expérience très rapidement et récupérez beaucoup d’items que vous pourrez équiper ou revendre aux PnJ pour augmenter vos fonds. Les instances sont elles aussi très (trop) simples. Même sans organisation, ils se font très rapidement.

      Le système PvP est assez sympa. Il s’agit de contrôler un maximum de pylônes (trois par arène) afin d’augmenter les points de votre équipe. Chaque équipe dispose d’un pylône prêt de sa zone de réapparition, et le troisième est situé au milieu de l’arène. Plus votre équipe contrôle de pylône, plus votre score augmente vite. Il faut savoir passer inaperçus afin d’aller voler le point de contrôle de vos adversaires, afin de les forcer à battre en retraite pour le reprendre. C’était ce que je souhaitais vraiment approfondir et je me suis surtout concentré sur le gameplay en PvP durant mon weekend de béta. Toutefois j’ai vite été déçu de jouer ma prêtresse support car je n’avais qu’un faible impact sur le match. Et puis soigner des gars qui foncent se suicider en 1vs5, ce n’est pas super utile non plus. Après 9h de jeu sur ma prêtresse, j’ai choisi de me lancer sur un voleur fourbe (un assassin, en gros).

           Et là, le gameplay de cette classe m’a tout de suite branché ! Pouvoir vous téléporter dans le dos de l’ennemi, enchainer par une frappe pour l’étourdir et l’achever grâce à un coup d’une violence inouïe ! Pour ensuite repartir furtivement vers vos coéquipiers, ça c’est fun ! Bien que le voleur soit fragile et très vulnérable lorsqu’il se fait étourdir ou immobiliser, il suffit de savoir attendre le bon moment pour agir. Bien sur le contrôle des pylônes est très important et doit rester votre priorité.

Voilà pour ce petit résumé. Le jeu est vraiment sympa et prenant, et le développement du PvP peut donner très rapidement de beaux tournois e-sportif ! Si vous souhaitez vous aussi découvrir le jeu, la béta ouverte est annoncé pour fin avril ! Au plaisir de se voir in-game, amusez-vous bien !

Image play

Nonos, rédacteur occasionnel